Tag Archives: Définition de la dépendance?

Suis-je alcoolique ?

5 avril 2014

 

Déjà trois mois sans alcool!
Déjà trois mois sans alcool!

Déjà trois mois sans alcool et je tiens toujours ma résolution de ne pas boire cette année. Et ça va assez bien en général ! Je ne remets plus ma décision en question. J’ai décidé d’arrêter et je vais continuer à tenir ma résolution. Il y a toujours des défis et pas seulement ceux auxquels je m’attendais. Comme les questions que soulève ma sobriété chez les autres, par exemple.

Et c’est pourquoi, en ce jour anniversaire, je me pose maintenant cette question : « Suis-je alcoolique ? »Je n’ai pas décidé d’arrêter de boire d’alcool pendant un an parce que je pensais que j’étais alcoolique. Même si je me disais parfois que je buvais trop, que j’abusais dans certaines occasions, je n’ai jamais pensé que j’avais un sérieux problème d’alcool et certainement pas que j’étais alcoolique.

D’ailleurs, je ne pense pas que qui que ce soit autour de moi m’aurait apposé cette étiquette. Quand j’ai commencé à partager avec les autres ma décision pour 2014, les réactions étaient assez semblables… On ne me pensait pas alcoolique. Alors pourquoi est-ce que moi, je me pose cette question maintenant ?

C’est que les gens commencent à me questionner, à passer des remarques. Et ça augmente de façon proportionnelle avec la durée de ma sobriété. C’est de persévérer dans ma résolution qui semble susciter les doutes autour de moi. On commence à se dire que si je me passe d’alcool complètement et pour si longtemps, je dois avoir une raison importante. Un vrai problème, quoi !

Alcoolique est un mot tabou.
Alcoolique est un mot tabou.

On ne me demande jamais directement si je suis alcoolique. Dans mon cercle d’amis et de connaissances, le terme « alcoolique » a une connotation tellement péjorative que peu de gens l’utilisent sauf pour décrire un cas extrêmement grave d’abus d’alcool. Le mot « alcoolique » est un mot tabou. C’est un mot qui fait peur. Alors, en général on va plutôt faire appel à des paraphrases, tourner autour du pot et parler de « problèmes d’alcool ».

Mais avons-nous vraiment raison ? Y a-t-il réellement une différence entre l’alcoolisme et les problèmes d’alcool ? Je me suis donc tournée encore une fois vers la toile pour avoir une définition de l’alcoolisme. J’en ai trouvé beaucoup, bien sûr ! Au fil des époques, les termes ont changé, les définitions se sont raffinées. Obtenir une réponse claire à la question « Suis-je alcoolique ? » n’est pas simple. Mais ces lectures sur l’internet sont très instructives et parfois amusantes. Ainsi, j’ai appris que le terme « alcoolisme » a été introduit au XIXe siècle par un M. Huss, médecin suédois, terme qui a remplacé celui d’« ivrognerie », plus courant à l’époque.

Je découvre aussi que l’alcoolisme revêt plusieurs visages. Plus je cherche, plus je me rends compte que le sujet est complexe. Pour en faire le tour, j’aurais besoin de m’y mettre à temps plein pendant une période beaucoup trop longue pour moi. Mais je note que les catégories d’alcoolisme se sont multipliées : on parle plutôt maintenant de « consommation problématique d’alcool ». Un terme englobant qui recouvre plusieurs situations tels la consommation excessive d’alcool, l’abus d’alcool, la beuverie express (binge drinking) et la dépendance à l’alcool. On trouve aussi l’expression « alcoolisme périodique » qui semble être une façon plus scientifique de parler de ceux qui ont tendance à « partir sur une balloune » ! Puis encore, alcoolomanie (désir morbide d’alcool), alcoopathie (la maladie liée à l’alcool), et finalement alcoolisme. Mais là, on revient au début…

En fait si on boit de façon assez régulière, on ne peut pas échapper à une de ces définitions !

Définitions de l'alcoolique. À chacun la sienne !
Définitions de l’alcoolique. À chacun la sienne !

Vous pouvez lire la suite de ce chapitre dans le roman graphique La sobriété volontaire. Une année sans alcool (2015, 2018)