Tag Archives: Sobriété volontaire

Elles allaitent pompette !

Un mot de l’auteure

Je suis toujours à mettre la touche finale sur l’album BD, version papier de ce blogue. Un de mes dessins précédents qui montraient une jeune maman avec son bébé dans une main et un verre de vin dans l’autre a suscité beaucoup de commentaires. Certains s’inquiètent du message que je veux faire passer. Pour l’instant, c’est un secret. Mais je peux quand même vous montrer le brouillon du dessin suivant de ce billet qui porte sur les jeunes mamans qui ont tellement hâte de retrouver leur verre de vin après s’être astreintes à une abstinence totale pendant leur grossesse. Le kit pour tester le lait existe vraiment aux États-Unis. Au Québec, je ne sais pas…

P.-S. Vous ai-je dit que je serai au Festival BD de Montréal à la fin mai ?

Elles allaitent pompette. Danièle Archambault
Tester son lait pour ne pas allaiter pompette. Danièle Archambault

 

« Une année sans alcool » dans le magazine Elle Québec !

Mon webcomic, le journal de Catherine et Elle Québec.Danièle Archambault
Mon webcomic, le journal de Catherine et Elle Québec.Danièle Archambault
Mon webcomic, ton journal et le magazine Elle Québec. (2). Danièle Archambault
Mon webcomic, ton journal et le magazine Elle Québec. (2). Danièle Archambault

Avez-vous lu le magazine Elle Québec du mois de mars 2015 ? On y parle de sobriété. De sobriété féminine, en général, et de mon blogue-webcomic Une année sans alcool. La sobriété volontaire est un sujet d’actualité, semble-t-il. La journaliste Chantal Tellier signe l’article Sobriété. La Révolution au féminin. Elle y parle des femmes qui s’interrogent sur leur relation avec l’alcool, de femmes qui décident de se priver d’alcool de façon définitive ou temporaire et des moyens qu’elles utilisent pour y parvenir. Un article intéressant dans lequel l’auteure nous présente les témoignages de femmes qui ont fait le choix de la sobriété. Elles sont parfois devenues auteures, coachs de santé ou encore propriétaires de sites internet dédiés au soutien des femmes qui désirent arrêter de boire. Dans la dernière partie de l’article, la journaliste présente quelques extraits du journal de Catherine, le personnage fictif que j’ai imaginé pour ce blogue, un personnage dans lequel elle se reconnaît. C’est que Chantal Tellier elle-même a décidé d’arrêter toute consommation d’alcool pour un an. Une décision qu’elle a déjà prise dans le passé et qu’elle a réussi à tenir.

L’article de Chantal Tellier est à la page 119 du magazine Elle Québec de mars 2015, déjà en kiosque. La semaine prochaine, vous pourrez aussi le lire en ligne sur le site du magazine. Je vous enverrai le lien.

Et voilà ! Mon blogue-webcomic, le journal de Catherine, se retrouve dans un article du magazine Elle Québec. Qu’est-ce que j’en pense ? Laissez-moi emprunter une expression favorite de Catherine : WOW !!! Ça fait un beau petit velours !

 

 

La fin d’une année sans alcool. La fin ?

1er janvier 2015

Un an, déjà, que je tiens ce journal ! Et aujourd’hui, alors que j’y écris peut-être pour la dernière fois, je voulais prendre le temps d’y faire un bon bilan de l’année qui vient de s’écouler. Celui que j’ai fait hier était trop sommaire. Je voulais me lever tôt ce matin et prendre le temps de bien réfléchir à l’année que je viens de vivre. Je voulais relire tranquillement tout ce que j’ai écrit pour en voir les leçons que je pourrais en tirer, pour m’aider à planifier un peu l’année qui commence aujourd’hui. Je voulais aussi revivre un peu l’année 2014. On oublie tellement vite ! Même quand on ne boit pas…

Mais voilà… Je me suis levée bien tard. C’est que j’ai bien fêté, au réveillon ! Et dans peu de temps, je devrai me préparer pour le traditionnel souper du Jour de l’An chez ma soeur. Alors, ce bilan attendra un peu. Mais je veux quand même noter ce qui s’est passé hier soir.

Je suis partie pour le réveillon un peu hésitante. D’abord, je craignais qu’on ne me laisse pas attendre minuit pour prendre mon premier verre d’alcool. J’avais un peu peur qu’on me dise que ça ne valait pas la peine d’attendre la fin de la soirée, d’attendre le premier coup de minuit. Mais non, tout comme à Noël, tout le monde me soutenait, me félicitait d’avoir réussi à tenir si longtemps. Ça m’a fait chaud au coeur et j’en étais très heureuse. Mais, en même temps, j’étais un peu mal à l’aise. C’est que je ne savais pas ce que j’allais faire. Boire ou ne pas boire ?

Je n’arrivais pas à me décider. Avoir réussi à passer un an sans boire, en soi, c’est une réussite, c’est presque un exploit. Mais qu’est-ce que ça donne ? Est-ce que j’ai obtenu les résultats que j’espérais ? J’ai vu de l’amélioration dans ma vie, c’est certain, mais je n’ai pas tout réglé. Je n’ai pas obtenu les résultats spectaculaires que j’escomptais. Est-ce que c’est parce que ce n’est pas l’alcool qui est la cause de ces problèmes et alors, je dois chercher ailleurs ? Ou bien, est-ce que je dois arrêter pendant plus longtemps encore, mais cette fois-ci faire aussi d’autres changements dans ma vie. Peut-être manger mieux, faire plus d’exercices, relaxer ? Je ne sais pas. Il y tellement de choses qu’on “devrait” faire.

Et puis, si je prends un verre ce soir, si je recommence à boire, qu’est-ce que je ferai demain ? Si je ferme les yeux et que j’essaie d’imaginer ma vie d’avant ma sobriété, je revois des bribes et je me demande…

Est-ce que j’aurai envie de pouvoir me relaxer en prenant un verre de vin en revenant du travail ? Probablement. L’alcool, ça sert à ça aussi. Mais alors, est-ce que je n’aurai pas envie d’en prendre un deuxième, ensuite, avec mon repas ? Puis, dans la soirée, la vaisselle faite (ou non), après deux verres de vin, est-ce que je ne serai pas trop fatiguée pour faire autre chose ? Est-ce que j’aurai le courage de dire non à un troisième verre de vin en m’assoyant pour regarder la télé, lire un livre ? Est-ce que graduellement, je ne reprendrai pas mes vieilles habitudes ?

Est-ce que je n’ai pas un peu peur de réaliser que je suis peut-être alcoolique même si j’ai réussi à me passer d’alcool pendant un an ? Même si je ne bois pas plus que bien des gens autour de moi ?

D’ailleurs, est-ce nous ne sommes pas en train de devenir joyeusement une société d’alcooliques ?

Est-ce important ?

C’est vrai que j’ai un tempérament de girouette.

Alors toute la soirée, je me suis torturé l’esprit avec mes hésitations. Autour de moi,  tout le monde avait l’air gai, heureux. Et puis, je me suis dit que je pouvais bien boire un verre ce soir et attendre le 1er ou le 2 janvier pour prendre une décision. Pourquoi gâcher la soirée de tout le monde?  On attendait avec impatience que minuit arrive pour ouvrir le champagne, m’en offrir un verre et célébrer avec moi. Alors, sur le coup de minuit, c’est Jean-Marc qui s’est approché de moi.

Un verre de champagne pour fêter la fin d'une année sans alcool.
Un verre de champagne pour fêter la fin d’une année sans alcool.

J’ai vu la coupe de champagne et le regard amoureux et… soulagé de Jean-Marc. J’ai remarqué tous ces gens autour de moi, l’air heureux, qui attendaient que je prenne la coupe et que je la lève avec eux, à l’année qui commençait… À une nouvelle année, toute neuve… Je me suis demandé pourquoi j’avais eu toutes ces hésitations dans la soirée. Je n’avais pas à avoir peur ni des autres, ni de moi-même.

Et j’ai fait mon choix.

 

Une année sans alcool La fin?
Une année sans alcool La fin?

Une année sans alcool. Quel bilan ?

31 décembre 2014

L’année 2014 tire à sa fin. J’aurai réussi à tenir ma résolution de ne pas boire d’alcool pendant un an ! Un an ! C’est incroyable ! Je ne pensais pas vraiment pouvoir réussir.

J’ai pris cette résolution de façon un peu impulsive au début de l’année. Puis, après deux mois d’abstinence, j’avais finalement fait une liste de mes dix raisons les plus importantes pour arrêter de boire. Maintenant, après un an sans alcool, quel bilan puis-je faire ?

Que puis-je dire au sujet de ces 10 raisons ?

Dix raisons pour arrêter de boire: un bilan
Dix raisons pour arrêter de boire: un bilan
Dix raisons pour arrêter de boire: un bilan (suite)
Dix raisons pour arrêter de boire: un bilan (suite)

Alors ? Le bilan du bilan ?

Avant de partir pour le réveillon ce soir, je dois penser aux trois points suivants.

1.    Est-ce que je suis satisfaite des changements qu’une année de sobriété totale a apportés dans ma vie ?
2.    Cette année, est-ce que je serai capable de recommencer à boire de l’alcool sans reprendre mes anciennes mauvaises habitudes ?
3.    Si je décidais de continuer à ne pas boire pour une deuxième année, quelles en seraient les conséquences sur mes relations avec les gens autour de moi ? Avec mon chum, mes amis, mes collègues de travail ?

Mais aussi…

Qu’est-ce que je vais faire ce soir au réveillon ?

Joyeux Noël! En toute sobriété…

25 décembre 2014

Encore une semaine et j’aurai réussi à tenir ma résolution pour 2014 ! Une semaine et je pourrai dire que j’ai passé toute une année sans boire une goutte d’alcool !

Depuis une semaine, c’est une succession de partys du temps des Fêtes. Et ce n’est pas facile. Souvent, alors que je me prépare pour une sortie, je ressens une petite tristesse à l’idée de ne pas boire. Et parfois, j’ai même quelques larmes au coin de l’oeil. Ça m’étonne, ça me rend perplexe. On ne pleure quand même pas parce qu’on ne pourra pas prendre un verre de vin ou de champagne ? Qu’est-ce qui se cache derrière ce sentiment de tristesse ? Je ne sais pas. Les premières minutes au party aussi sont difficiles. Alors, je me serre les poings, je me mets un beau sourire et j’agis de façon presque automatique. Mais une fois la soirée commencée, un verre de breuvage non alcoolisé à la main, je me sens mieux. Quand les conversations vont bon train, je ne pense plus et, en général, je m’amuse bien. Mais parfois quand je ne connais pas bien les gens ou encore quand je me retrouve toute seule sans personne avec qui faire la conversation, le goût de prendre un verre me reprend. Mais, ce désir-là aussi passe vite. Je me dis que je ne vais quand même pas abandonner ma résolution si près du but !

Hier, c’était le Réveillon de Noël dans ma famille. Il s’est passé quelque chose d’assez surprenant. Personne ne m’a offert d’alcool ! En fait, tout le monde me parlait de ma résolution, aimablement. On me disait : « Plus qu’une semaine à tenir ! Félicitations ! C’est fantastique ! » Alors je me suis demandé : est-ce que les gens se sont habitués? Est-ce que, finalement, ils ont accepté ma décision ? Est-ce que ça veut dire que si je renouvelais ma résolution pour une autre année, les réactions seraient plus positives ?

Puis, on a ouvert les cadeaux…

Des cadeaux de Noël significatifs...
Des cadeaux de Noël significatifs…