Mon “coming out” auprès de mes collègues

8 mars 2014

Hier soir, j’ai fait mon “coming out” auprès de mes collègues de travail. J’ai finalement révélé ma résolution du Nouvel An : je ne boirai pas d’alcool pendant un an.

La sobriété volontaire.
La sobriété volontaire.

Ça fait déjà deux mois que je ne bois plus, mais je n’en avais pas encore parlé au bureau. L’occasion ne s’était jamais présentée. Après les abus du temps des Fêtes, tout le monde est plus ou moins au régime. On mange plus souvent au bureau le midi. Un petit lunch sérieux, comme une petite salade minceur. Et quand parfois, on décide de se payer le resto, comme le vendredi midi, par exemple, personne (ou presque) ne boit d’alcool, vin ou bière.

Je n’ai pas d’amis proches parmi mes collègues de bureau. Et si on se voit parfois en dehors du travail, nos conversations restent assez superficielles. Je vois encore ma décision d’arrêter de boire comme un choix personnel et à part quelques amies choisies, je n’en ai pas parlé autour de moi. Et puis, je suis un peu superstitieuse. J’ai peur qu’après avoir annoncé ma résolution à la ronde, je ne sois plus capable de la tenir. Et là, j’aurais tellement honte ! Alors, je préfère attendre le plus longtemps possible avant de confier aux gens ma résolution de sobriété. Un peu comme quand pour un bébé, on attend d’être enceinte de trois mois avant de l’annoncer…

Mais hier soir, il y a eu un party au bureau. On a fini un gros contrat et dans les délais prévus en plus. Alors le client, reconnaissant, nous a envoyé deux caisses de champagne. Donc, vendredi soir, célébration dans les locaux de la compagnie. Un 5 à 7 avec champagne et petites bouchées fancy achetées chez un traiteur du Plateau…

J’ai hésité… J’avais trois options qui m’auraient permis de garder encore secrète ma résolution.

Option 1 : Faire une petite entorse à ma résolution pour cette occasion spéciale. C’était bien tentant. Ce champagne est de qualité et il est gratuit ! Et les bulles sont toutes petites, très légères.

Option 2 : Laisser mes collègues me servir un verre de champagne, en pensant que je serai assez forte pour me promener toute la soirée avec un bon verre sous le nez sans être tentée d’y goûter, d’en boire. Mais je trouvais que c’était un peu risqué.

Option 3 : Faire semblant de boire de l’alcool. Faire comme au party du Jour de l’An dans ma famille. Me promener avec un verre d’eau pétillante dans une coupe à champagne.

Puis j’ai réfléchi… Pourquoi est-ce que je cacherais ma décision ? Est-ce que ce serait si terrible d’annoncer que je ne bois pas ? De quoi ai-je peur, finalement ? C’est une décision personnelle. Et c’est juste un verre de champagne. Juste de l’alcool…

Alors, j’ai choisi de simplement dire la vérité, mais sans faire une grande annonce. La nouvelle a fait rapidement le tour du bureau.

Les rumeurs du bureau
Les rumeurs du bureau

Vous pouvez lire la suite de ce chapitre dans le roman graphique La sobriété volontaire. Une année sans alcool (2015, 2018)

 

2 thoughts on “Mon “coming out” auprès de mes collègues

  1. Je n’ai pas connu ces milieus-là, n’ayant pas travaillé dans les bureaux. Mais, je peux voir qu’il y a un énorme “peer pressure” et la pauvre Catherine doit affronter elle-même et les “amis” dans sa nouvelle volonté d’arrêter de boire. Cela est bien rendu par le minimum de conversation échangé et par l’attitude que chacun prend devant ce nouveau fait dans les dessins du BD.
    Je voudrai certainement lire le reste pour savoir comment l’histoire va se développer. Ma chère Danièle, tu as fait un travail admirable et ce BD a davantage de profondeur que les autres, à mon avis.

Leave a Reply

Your email address will not be published.