Tag Archives: Boire ou ne pas boire?

La fin d’une année sans alcool. La fin ?

1er janvier 2015

Un an, déjà, que je tiens ce journal ! Et aujourd’hui, alors que j’y écris peut-être pour la dernière fois, je voulais prendre le temps d’y faire un bon bilan de l’année qui vient de s’écouler. Celui que j’ai fait hier était trop sommaire. Je voulais me lever tôt ce matin et prendre le temps de bien réfléchir à l’année que je viens de vivre. Je voulais relire tranquillement tout ce que j’ai écrit pour en voir les leçons que je pourrais en tirer, pour m’aider à planifier un peu l’année qui commence aujourd’hui. Je voulais aussi revivre un peu l’année 2014. On oublie tellement vite ! Même quand on ne boit pas…

Mais voilà… Je me suis levée bien tard. C’est que j’ai bien fêté, au réveillon ! Et dans peu de temps, je devrai me préparer pour le traditionnel souper du Jour de l’An chez ma soeur. Alors, ce bilan attendra un peu. Mais je veux quand même noter ce qui s’est passé hier soir.

Je suis partie pour le réveillon un peu hésitante. D’abord, je craignais qu’on ne me laisse pas attendre minuit pour prendre mon premier verre d’alcool. J’avais un peu peur qu’on me dise que ça ne valait pas la peine d’attendre la fin de la soirée, d’attendre le premier coup de minuit. Mais non, tout comme à Noël, tout le monde me soutenait, me félicitait d’avoir réussi à tenir si longtemps. Ça m’a fait chaud au coeur et j’en étais très heureuse. Mais, en même temps, j’étais un peu mal à l’aise. C’est que je ne savais pas ce que j’allais faire. Boire ou ne pas boire ?

Je n’arrivais pas à me décider. Avoir réussi à passer un an sans boire, en soi, c’est une réussite, c’est presque un exploit. Mais qu’est-ce que ça donne ? Est-ce que j’ai obtenu les résultats que j’espérais ? J’ai vu de l’amélioration dans ma vie, c’est certain, mais je n’ai pas tout réglé. Je n’ai pas obtenu les résultats spectaculaires que j’escomptais. Est-ce que c’est parce que ce n’est pas l’alcool qui est la cause de ces problèmes et alors, je dois chercher ailleurs ? Ou bien, est-ce que je dois arrêter pendant plus longtemps encore, mais cette fois-ci faire aussi d’autres changements dans ma vie. Peut-être manger mieux, faire plus d’exercices, relaxer ? Je ne sais pas. Il y tellement de choses qu’on “devrait” faire.

Et puis, si je prends un verre ce soir, si je recommence à boire, qu’est-ce que je ferai demain ? Si je ferme les yeux et que j’essaie d’imaginer ma vie d’avant ma sobriété, je revois des bribes et je me demande…

Est-ce que j’aurai envie de pouvoir me relaxer en prenant un verre de vin en revenant du travail ? Probablement. L’alcool, ça sert à ça aussi. Mais alors, est-ce que je n’aurai pas envie d’en prendre un deuxième, ensuite, avec mon repas ? Puis, dans la soirée, la vaisselle faite (ou non), après deux verres de vin, est-ce que je ne serai pas trop fatiguée pour faire autre chose ? Est-ce que j’aurai le courage de dire non à un troisième verre de vin en m’assoyant pour regarder la télé, lire un livre ? Est-ce que graduellement, je ne reprendrai pas mes vieilles habitudes ?

Est-ce que je n’ai pas un peu peur de réaliser que je suis peut-être alcoolique même si j’ai réussi à me passer d’alcool pendant un an ? Même si je ne bois pas plus que bien des gens autour de moi ?

D’ailleurs, est-ce nous ne sommes pas en train de devenir joyeusement une société d’alcooliques ?

Est-ce important ?

C’est vrai que j’ai un tempérament de girouette.

Alors toute la soirée, je me suis torturé l’esprit avec mes hésitations. Autour de moi,  tout le monde avait l’air gai, heureux. Et puis, je me suis dit que je pouvais bien boire un verre ce soir et attendre le 1er ou le 2 janvier pour prendre une décision. Pourquoi gâcher la soirée de tout le monde?  On attendait avec impatience que minuit arrive pour ouvrir le champagne, m’en offrir un verre et célébrer avec moi. Alors, sur le coup de minuit, c’est Jean-Marc qui s’est approché de moi.

Un verre de champagne pour fêter la fin d'une année sans alcool.
Un verre de champagne pour fêter la fin d’une année sans alcool.

J’ai vu la coupe de champagne et le regard amoureux et… soulagé de Jean-Marc. J’ai remarqué tous ces gens autour de moi, l’air heureux, qui attendaient que je prenne la coupe et que je la lève avec eux, à l’année qui commençait… À une nouvelle année, toute neuve… Je me suis demandé pourquoi j’avais eu toutes ces hésitations dans la soirée. Je n’avais pas à avoir peur ni des autres, ni de moi-même.

Et j’ai fait mon choix.

 

Une année sans alcool La fin?
Une année sans alcool La fin?