Les amies. Premières réactions.

3 janvier 2014

Quand ce n’est pas le corps qui a mal, c’est le coeur qui se plaint
Quand ce n’est pas le corps qui a mal, c’est le coeur qui se plaint.

Je me lève tôt après une nuit agitée. Encore l’impression de ne pas avoir vraiment dormi. Cette fois-ci, probablement à cause des sentiments d’anxiété et de dépression qui m’assaillent toutes les nuits, vers 4 h le matin. Et ce, depuis plusieurs mois déjà.

Quand ce n’est pas le corps qui a mal, c’est le coeur qui se plaint.

Mais il me semble que je me lève moins péniblement et mon mal de gorge est parti. Et une fois debout, comme par magie, les pensées déprimantes et anxieuses disparaissent.

Et je me sens prête pour la troisième journée de ma résolution du Nouvel An. Aujourd’hui, j’aurai la visite d’une amie, Jeanne, de passage à Montréal. Elle vient passer deux jours chez moi. Comme elle prévoit arriver pour le dîner, j’en ai profité pour aussi inviter deux amies, Denise et Marie, à qui je veux la présenter. Ce sera chouette de se retrouver entre filles. Et comme c’est pour le repas du midi, je n’ai pas à me soucier de la question d’alcool. On ne boit pratiquement jamais le midi.

11 h 30

Denise est la première à arriver… avec une surprise :

Une surprise pour le dîner !
Une surprise pour le dîner !

Misère! Il y a trois jours, j’aurais trouvé ça ben fin de sa part, mais là… Et puis, je ne veux pas lui parler de ma résolution. Pas encore. Je ne me sens pas prête. Alors, je lui dis que c’est une bonne idée, mais que moi, je ne pourrai pas en boire, malheureusement. J’ai mal dormi la nuit passée et j’ai déjà mal à la tête. Puis, comme le dit la chanson… « Le bon vin m’endort » et je dois m’occuper de mon amie. Je me prépare à être ferme et à tenir ma résolution, peu importe les arguments de Denise. Mais, elle dit « Ah bon ? » et n’insiste pas. Ah, ben!

Alors, au dîner, Jeanne et Denise boivent du vin. Un verre seulement, chacune. Je les trouve bien raisonnables. Marie, elle, ne boit jamais. Par goût. Elle n’aime pas ça. Moi, je bois de l’eau. Personne ne passe de remarques. Je ne dis rien, mais je regarde la bouteille de vin…

15 h 30

Dans l’après-midi, une fois Densie et Marie parties, je n’y tiens plus. J’ai besoin de me confier à quelqu’un. Je décide de dévoiler ma résolution de l’année à Jeanne.

Pourquoi arrêter de boire ?
Pourquoi arrêter de boire ?

Non, non ! Bien sûr que je ne suis pas alcoolique ! Et bien sûr que j’ai des raisons ! Mais je ne les trouve plus. Elles m’échappent. J’ai la tête vide. Peut-être parce que c’est la première fois que je dois les articuler à haute voix, que je dois les présenter à quelqu’un d’autre d’une manière un peu structurée… Je vois bien que je dois trouver autre chose à dire que « Ça va me faire du bien…» . Mais avant que j’aie pu lui donner une seule raison…

Tu devrais mincir !
Tu devrais mincir !

Et la conversation dévie sur la question de mon poids. Elle me donne des recettes, des suggestions d’exercices. Je lui dis que je veux faire un seul changement à la fois. D’abord couper l’alcool ! C’est sûr que je veux mieux manger et que j’aimerais perdre du poids. Mais la rebelle en moi n’aime pas se faire dire quoi faire. Et puis, je suis très susceptible à propos de mon poids et j’ai horreur de recevoir des conseils à ce sujet de la part d’amies ultra minces. Bon, c’est certain que celles qui ont aussi de l’embonpoint ont moins de conseils à donner…

17 h

Les heures passent vite. On parle de tout et de rien. On rit beaucoup. On se parle de nos projets personnels, professionnels. On rêve. Je me sens bien. Dehors, il fait déjà noir. Et tout à coup, j’ai le goût d’un verre de vin blanc. Il me semble que ce serait tellement bon, là, maintenant. Nous deux, avec un verre de vin à la main… J’essaie de ne pas y penser, mais je réalise que c’est maintenant l’heure de l’apéro. En bonne hôtesse, je dois offrir quelque chose à boire à mon invitée. Je ne veux pas imposer mon choix aux autres. Je ne veux pas la priver parce que moi je ne veux pas boire. Mais, maudit, j’aurais donc dû prendre ma résolution de ne pas boire APRÈS le temps des Fêtes !

Même si ce n’est pas facile, je prends mon courage à deux mains et je sors la bouteille de vin blanc pour elle et la bouteille d’eau minérale pétillante pour moi. Je suis fière de moi. Mais, surprise…

Non merci ! Pas de vin !
Non merci ! Pas de vin !

Quoi ? Elle arrête comme ça? Sans tourment ? Sans questionnement ? Sans résolution ? Vraiment ? Est-ce qu’elle essaie de me dire quelque chose, là ? Me montrer que l’alcool, en fait, ce n’est pas un problème ? Ce n’est pas un problème pour elle, il semble. Mais pour moi ? Est-ce que je suis en train de faire toute une histoire avec rien, au fond ?

Mais, je n’ai rien dit et on a bu de l’eau pétillante. On s’est fait un bon petit souper… avec beaucoup de légumes. La soirée s’est terminée par un film au cinéma du coin. On n’a plus parlé d’alcool. Plus du tout. Mais moi, j’y ai pensé. Toute la soirée, même ! Et en me préparant pour aller au lit, j’étais une fois de plus très songeuse…

Pourquoi arrêter de boire.
Pourquoi arrêter de boire ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *