Comment je suis devenue alcoolique.

3 mai 2014

Le 1er mai, alors que certains célébraient la fête des Travailleurs, moi je fêtais mon quatrième mois de sobriété volontaire. Quatre mois sans une goutte d’alcool !

Quand j’ai décidé de prendre comme résolution du Nouvel An de ne pas boire d’alcool pendant un an, j’espérais que cela apporterait quelques changements dans ma vie. Au bout de quatre mois d’abstinence, je ne remarque pas de grandes transformations, sauf une, en fait, à laquelle je ne m’attendais pas du tout : je suis devenue alcoolique !

Comment je suis devenue alcoolique.
Comment je suis devenue alcoolique.

J’avais remarqué depuis quelque temps que les gens autour de moi voulaient toujours me questionner à ce sujet-là. En général, on évitait d’utiliser le terme « alcoolique ». On parlait plutôt de « problèmes d’alcool ». On le fait toujours d’ailleurs. Mais récemment, je vois que même mes amies font montre d’une certaine gêne quand je refuse un verre d’alcool. Il y a deux jours, d’ailleurs, alors que je me confiais à une amie à ce sujet, elle a rougi jusqu’aux oreilles. Et elle m’a dit : « Mais c’est vrai, Catherine, qu’on peut commencer à se poser des questions. Ça fait tellement longtemps maintenant que tu continues à ne pas boire ! »

Je ne savais pas quoi lui répondre sans m’énerver. Je me suis contentée de la regarder avec de grands yeux surpris, mais dans ma tête, les mots se bousculaient : « Mais c’est une résolution du Nou-vel-An ! Ça va durer encore longtemps. Ça va durer un an ! Douze mois ! 52 semaines ! 365 jours ! Le mois prochain, je ne boirai toujours pas ! »

Elle n’est pas la seule à penser ainsi, malheureusement. Plus j’arrête longtemps de boire, plus on me soupçonne d’être alcoolique. Sinon, j’aurais recommencé à boire, n’est-ce pas?  Une drôle de logique : si je me remettais à boire maintenant, donc, en fait, si j’étais incapable de tenir ma résolution pendant un an, ce serait la preuve que je ne suis pas alcoolique ???

Pour l’instant, je mets ce problème de côté. Il est bientôt 16 h et j’ai un petit creux. Il y a sur l’armoire de la cuisine, des restants d’une petite gâterie que je me suis permise pour fêter mes quatre mois de sobriété. J’ai quand même d’autres petites dépendances agréables dont je n’ai pas l’intention de me défaire tout de suite…

Quatre mois sans alcool !
Quatre mois sans alcool !

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *